Quand tes mains voudraient bien…

Quand tes mains voudraient bien,quand_tes_mains_voudraient_bien
Quand mon corps t'appelait,
Souvenir de tes mains pénétrant ma chair
Souvenir de mes muscles roulant sous tes doigts
Quand nos corps s'étreignaient.
Du présent, du passé,  le néant, plus rien.
Senteur des huiles parfumées, atmosphère;
Tes mains, mon corps et Toi.

Chaleurs languissantes sur ma peau huilée
Pression de tes doigts répétée
Je me souviens de tes mains, et je pleure.
Je me souviens de ton corps, et je meurs.
Je meurs de n'avoir pas su te garder,
Je pleurs sur mes erreurs passées,
Rêvant qu'enfin nos fautes effacées,
Renaissent les plaisirs oubliés.

Quand tes mains voudraient bien
Elles retrouveraient les formes de mon corps:
Elles traceraient de nouveaux sillons.
Sur ma peau tu lirais des plaisirs ignorés,
Sur mon dos, tes mains me pénétreraient
Oubliant nos errances, retrouvant l'accord.
Ta bouche, enfin, me dirait, vient…

Alors renaissant de tes mains,
Mon corps s'ouvrira, à tes caresses insistantes
Mon dos s'offrira à ta bouche apaisante
Tous mon corps en un refrain
S'ouvrira comme une rose au matin.
Plus rien ne me fera regretter ces temps passés
Où je soupirais pensant  à tes caresses effacées

Yeux Chat (nov 2007)

Tous droits réservés. Reproduction interdite.