Larmes sur ton Visage

Bonjour tristesse, habille moi de perles!
Rempli mon âme, ne soit pas cruelle.
Sans cesse tu replantes ta lame
Dans mon cœur, et sans relâche
Tristesse tu me réclames.

Je t'ai laissée mes plus belles journées
J'ai pleuré quand tu t'es éloignée,
Et toi toujours tu me hantes
Nuit et jours tu me tourmentes.

larmes_sur_visage

Regarde moi!J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps.
Ta tristesse inonde mon être,
N'oublie pas de te bien  repaître
Une dernière fois encore!
Je te quitte diablesse toi et tes tourments.
Maintenant je lève la tête, vers le firmament.

Sur mon visage, inondé des larmes de lune
Ma joie se dessine d'un trait de plume.
J'ai voyager d'étoiles en planètes
J'ai traversée seule ces contrées obscures.
J'ai rencontré sur des comètes
Des êtres étranges, des géants au cœur pur.

Regarde-moi à présent tristesse,
Abandonnée sur le bord de ma vie,
Le dos tourné, sans un regret, traîtresse
Ephémères, Erinyes!
Plus de peur en moi que des envies…

Envie de ce corps que je touche,
Désirs de femme accomplie,
Passion de ta bouche,
De ton corps durci
Entre mes lèvres introduit.

Je te prends, suppliant.
De mes mains incertaines
J'explore cette caverne
Et toi tu ressens, gémissant,
La pression de ma langue sur ton gland.

Tu vois je n'ai pas oubliée les plaisirs de la chair,
Prenant dans mes mains ton sexe durci,
Je le frotte sur mon ventre, je rie.
Je rie de toi, de moi, je jouie.
Je rie de ces plaisirs interdits,
Je crie mon désir, l'appel de ma chair.

Alors enfin je m'abandonne, 
A toi qui te donnes,
Ta bouche pleine d'amour,
Sur mon ventre, mes seins mes fesses me parcourt
Ta langue mouille tous mes orifices,
Mon clitoris s'offre en sacrifice

Tes doigts me fouille et entre en moi
Orgasmes, crie, joie!
L'air me manque, je m'asphyxie!
Vient, entre en moi!
Petite mort, ciel vie
Vient et jouie de moi.

Je te sens en moi ample
ta chaleur, ton mouvement
Plus rien ne m'attache
Le ciel se détache.
Eperdue, je hurle je mords je crie,
Je ne sens plus que mon ventre durci.

Ton sexe en moi s'enfoui
En une intense symphonie.
Je me pâme, défaille. Jouissance!
Tous nos êtres en puissance
Un seul corps retrouvé
Une seule âme mélangée

Deux, puis un, insoutenable !
Je te sens enfin intenable
Je sens en moi exploser
Ton être, en un cri!
Amour, reste et jouit!!!!

Yeux_Chat (le 21 nov 2007

Tous droits réservés. Reproduction interdite