Hommage à Joseph ZOBEL

« Nous sommes des arbres à poèmes
Des poémiers quoi !
En espalier ou de grand vent »

*********
Balançant au rythme des sens
Leurs branches griffent des mots
Sur la terre rouge de sang ;
Sang de la guerre,
Sang des amants
Espoirs consumés en un instant
Espoirs plantés et grandissants
Poémiers naissants.
Il fut un temps
Un temps de paix
Espace où la guerre
En avait fini de jouer.
Lieu approprié où les enfants
Sur le sable rouge de fer
Peignaient sur la terre
Des mots d’amour des mots de vie.
Il a fuit ce temps où de l’Oural à l’ Afghanistan
De Jérusalem à Jaffa
Le vent chantait dans les steppes, dans les sables
Le vent murmurait la paix…

A présent la tempête mugit
De partout s’élève les clameurs, les cris, les désespoirs…
Les poètes se sont tus
Les mots déchirés broyés ne font même plus le mal
Les enfants mêmes deviennent bourreaux !
Afrique que tu as mal !
Tu coupes,  tues ensanglantant tes arbres
Tu massacres tes enfants
Oubliant du Darfour au Sahel
Dans le sable rouge de sang
Les corps sans vie qui t’appartiennent !
Poémiers croissez sur ce sol martyrisé
Et naissant de vos fruits
Les mots en un bouquet de vie
Ecriront enfin le mot Paix.

Libérons nous de nos haines
Aimons-nous !
Rions en dansant de tout coeur
Poémier grandi vite
Abreuve nous de tes écrits
Vers en rimes, mots en rythmes
Musique de l’esprit reprend ta douce mélodie !

Yeux Chat (18 déc 2007)

Tous droits réservés. Reproduction interdite