Femmes amoureuses  (essai)

Je t'ai croisée, un jour par hasard
Tu marchais sous la pluie, j'ai croisé ton regard
Tu ma émue, je t'ai plu
De tes yeux humides une larme de lune
sur le sol étoilé s'est échappée
Alors tu m'as prise par la main
et de ta voix chaude juste, vient!

Je t'ai suivie, sous la pluie,
Jusqu'à chez toi, sans parapluie…
tu ne disais rien, et pourtant je sentait ton désir
Chez toi, tu t'es retournée et sans faillir,
Tu m'as embrassée de tes lèvres parfumées
Bouche contre bouche sans plus respirer

Tu étais parfaite, la poitrine tendue
Tes seins pointaient sous ton chemisier mouillé
Je me sentais défaite, les cheveux dénoués
Doucement tes mains se sont égarées sous ma jupe fendue

Alors dévêtues, nues nous nous sommes caressées,
Ta langue après ma bouche
découvrait mes fessiers
et sur ta couche
Nous nous sommes allongées
Entre mes cuisses écartées, tu as plongées
Mon sexe exploré par ta langue,
mon clitoris branlé, je mouillais

J'ai sentis tes doigts en moi s'insinuer
J'ai hurlé quand tu m'as pénétré
j'ai rugis sous l'effet de ce hochet
Je pleurais, criais, assez!
et toi sans fin tu continuais…

Quand enfin ravie, exténué j'ai voulue
Te caresser, t'embrasser,
Tu as fuie sans te laisser enlacer
J'ai jouie sous tes caresses, tendre inconnue
J'ai jouie et je ne t'aie pas reconnue….

Yeux Chat (nov 2007)

Tous droits réservés. Reproduction interdite