Torsades et venin

Les jambes serpentines
s'enroulent sur le corps aimé
Les mains églantines
Déchirent la peau sucrée
L'alcôve se fait champs de bataille
Les corps s'affrontent et se déchirent
Les dents se plantent dans un sourire
Le plaisir augmente serrant la taille
Le sexe enfle irriguant de sève
les ventres enlacés sans trêves
en un long gémissement les corps s'achèvent
le désir absorbant l'envie
L'envie noyant les cris
Les cris appelant l'amant
Soudain l'alcôve se tait
Jouissance d'un corps parfait
Souffles repris doucement


Yeux Chat (27/09/2008)


Tous droits réservés. Reproduction interdite