J'aime à revisiter notre baiser, notre premier baiser. J'en ai la saveur, la tièdeur, le bonheur.

Nos lèvres à peine étreintes je me suis jetée toute en toi, et tu me happais, et je m'y baignais. On dit avoir le coeur au bord des lèvres. C'était ma vulve qui s'y tenait. Je t'aimais, même si ce n'était que le temps le temps d'une soirée, mais je ne savais pas encore la suite....

J'aimais cette bouche, je l'épousais sur le champ et prenait ce qui l'encadrait. Offensive et conquise, je faisais l'amour en ce baiser. Je nageais dans ton palais, chahutée et déliée par ta langue. J'étais belle d'un corps enfoui entre tes lèvres. J'étais bien. J'étais souple, et tu étais gourmand, et nous allions nous dévorer.....C'était un baiser d'infinitude. Un baiser qui n'avait plus de début, sa fin était improblable. C'était une nouvelle jouissance que ni mon clitoris ni mes entrailles n'avaient orchestrée, une jouisssance qui les mobilisait, qui les submergeait et les emportait. Tu es le premier qui m'ait baisée de notre lèvres collées, de nos respirations aspirées.

Tu pourras chercher les baisers, les baisers les plus célèbres du cinéma, des peintres, de nos amis Rodin et Klimt, et même des Mayas, dis moi, oui vous Monsieur, est ce que c'est celui-la ou est ce celui que nous ne nous avons pas encore donné ?

toulouse_lautrec_le-baiser-au-lit0

Baiser-a19666489

le-baiser-rachel-mcadams-ryan-gosling

 

Tu me regardes. Tu me souris. Entends tu ce que j'écris ? Dîtes moi Monsieur, est-ce du  franc parler que ce que je viens d'écrire ? Viens....viens m'embrasser..